lemagazine header

Le magazine - Quatrième édition

  • 1

Architecture
et le romantisme / and romantism

 

 


Par/by Daniel Quirion, architecte

 

Manoir Hovey

"Manoir Hovey, North Hatley"


    Domaine Jolivent

    "Domaine Jolivent, Foster"

     

    maison Mc Cracken Danville

    "La Maison McCracken, Danville"

     

    Manoir Maplewood

    "Manoir Maplewood, Waterloo"

     

    Architecture et romantisme
    dans les Cantons-de-l'Es
    t

    L’architecture est l’une des premières choses qui nous vient à l’esprit lorsque vient le temps de parler des traits particuliers des Cantons de l’Est. Chaque village possède à la fois un maillage de bâtiments classiques et simples, mais aussi de belles résidences d’allure pittoresque ou éclectique, mettant à profit le décor, les courbes généreuses de son paysage.  

     

    Ce romantisme en architecture est associé au retour à l’histoire dans l’expression des bâtiments.  C’est aussi la recherche d’émotions, une sorte de mise en scène qui tire profit du paysage, avec ses vallons et vallées, pour accroître l’expression du lieu.  Une façon également de se détacher de la rigidité du classicisme plus froid des bâtiments académiques. C’est aussi de revenir à l’humain avec l’arrivée de la spéculation et l’industrialisation qui génère une pression sur les villes et les gens qui y habitent. Une façon subtile de ralentir le temps en cette époque effrénée.

     

    Les essences d’arbres, les plantes ornementales, les surfaces minérales sinueuses au sol s’ajoutent à la mise en scène; tout est orchestré dans une quête esthétique qui varie au fil des jours et des saisons qui passent.



    La démocratisation de l’image au XIXe siècle, avec l’arrivée de la photographie, du timbre-poste et des nouvelles techniques d’impression, a généré un engouement pour les styles d’ailleurs.   

     

    L’architecte devient un « spécialiste aux mille références » et le phénomène de mode devient plus éphémère plus les décennies avancent vers le XXe siècle.

     

    En ville comme à la campagne, l’architecture permet d’exprimer son rang et sa prospérité.  Posséder une propriété unique, de bon goût, permet à une bourgeoisie toujours plus friande de nouveauté d’épater la galerie et d’asseoir son prestige.  L’architecture devient aussi le médium d’expression et d’influences des différentes cultures locales qui tentent de marquer leur époque, que ce soit par l’utilisation du grès d’Écosse, l’austérité des bâtiments irlandais ou des éléments d’ornements plus spécifiques qui réfèrent à leurs propriétaires. 

     

    L’exemple du Champ-de-Mars à Sherbrooke est un bel exemple de cette parade au niveau résidentiel, tout comme la plupart des villages d’une certaine envergure de la région, dont Coaticook, Magog, Knowlton, Danville, pour ne nommer que ces exemples.

     

    Les institutions prennent également le pas de ce retour au passé, davantage orientées vers les temps médiévaux, comme le Séminaire de Sherbrooke et l’Archevêché et leur parure « châteauesque ».

     

    Quoi qu’il en soit, le romantisme en architecture, sous toutes ses formes, s’avère une thématique de prédilection pour de nos artistes locaux à faire rayonner notre milieu.


    Architecture and romantism
    in the Eastern Townships.

    Architecture is one of the first things that comes to mind when discussing the unique features of the Eastern Townships. Each village has both a network of classic and simple buildings, but also beautiful residences with a picturesque or eclectic look, taking advantage of the decor and the generous curves of its landscape.

     

    This romanticism in architecture is associated with the return in time in the expression of buildings. It is also the search for emotions, a kind of staging that takes advantage of the landscape, with its valleys, to augment the presence of the venue. It is also a way of breaking away from the rigidity of the colder classicism of academic buildings. It is also to return to mankind with the arrival of speculation and industrialization which generates pressure on cities and the people who live there. A subtle way to take a moment in these hectic times.

     

    Tree species, ornamental plants, sinuous mineral surfaces on the ground add to the scene; everything is orchestrated in an aesthetic quest that change on a daily basis and seasons that pass.



    The democratization of the image in the 19th century, with the arrival of photography, postage stamps and new printing techniques, generated a craze for foreign styles.

     

    The architect becomes a "specialist with a thousand references" and the fashion phenomenon becomes more ephemeral as the decades advance into the twentieth century.

     

    In town and in the countryside, architecture helps express ones rank and prosperity. Owning a unique property, in good taste, allows the middle class, ever more fond of novelty, to impress the and establish its opulence. Architecture also becomes the medium of expression and influences of the various local cultures which attempt to mark their time, whether through the use of Scottish sandstone, the austerity of Irish buildings or elements of ornamentation. more specific which refer to their owners.

     

    The Champ-de-Mars in Sherbrooke is a fine example of this at the residential level, as are many villages of a certain size in the region, including Coaticook, Magog, Knowlton, Danville, to name but a few.

     

    Institutions are also taking stepping back in time, more oriented towards medieval times, such as the Séminaire de Sherbrooke and the Archdiocese with its castle-like appearance .

     

    Regardless, romanticism in architecture, in all its forms, is a favorite theme for our local artists to promote our community.


     

     


    Avec le soutien de / With the support of
    logo

    L’architecte Daniel Quirion, associé de la firme d’architectes Jubinville & Associés possède une pratique professionnelle qui combine l’architecture, le patrimoine et l’urbanisme. La connaissance du milieu, font de lui un intervenant de premier plan en conservation du patrimoine bâti régional.  Amoureux des Cantons-de-l’Est, il reconnaît la grande valeur artistique de notre héritage architectural.

    La firme d’architectes Jubinville et associés contribue à la mise en valeur de cette richesse artistique et par leur expertise et leur créativité, inscrivent leur mission dans la poursuite et le respect de l’édification de notre culture architecturale.

    Architect Daniel Quirion, partner of the architectural firm Jubinville & Associés, has a professional practice that combines architecture, heritage and town planning. Knowledge of the environment makes him a leading player in the conservation of regional built heritage. A lover of the Eastern Townships, he recognizes the great artistic value of our architectural heritage.

    The architectural firm Jubinville et associés contributes to the enhancement of this artistic richness and through their expertise and their creativity, place their mission in the pursuit of and respect for the building of our architectural culture.